Inspirez-vous

portfolio item

avant gardiste

# booaexperience

Franck a été séduit par le design et le côté personnalisable des maisons booa, mais aussi par toute l’équipe alsacienne et sa démarche «humaine». Ce cadre commercial dans une entreprise de matériel sanitaire, située dans le sud de la france, connaît les techniques de vente et a particulièrement apprécié de trouver, chez booa, des personnes à l’écoute. Franck a d’ailleurs gardé de très bonnes relations avec le commercial de l’entreprise au point de lui rendre ce service : garder sa moto en pension dans son garage. Rencontre avec un motard et un cavalier passionné qui ne jure désormais que par booa…

Crédit photos Nis & For pour booa

STORY#booaexperience

Comment avez-vous connu maisons booa ?

Par hasard. Cela fait 5-6 ans que j’achète systématiquement des magazines sur les maisons en bois. Pas tellement pour le côté écologique, mais surtout pour la souplesse du matériau et la rapidité d’exécution. Un jour, je suis tombé sur une maison qui avait quasiment le même design que booa, avec le toit plat, mais c’était un fabricant suédois. Et puis, dans un autre magazine, j’ai vu l’adresse du site internet de booa. C’est là que je me suis fait avoir. En arrivant sur leur site, il était inscrit quelque chose du style : « si vous cliquez ici, c’est à vos risques et périls ». Et c’est ce qui s’est passé : j’ai cliqué et j’ai signé ! (rires)

Qu’est-ce qui a fait la différence par rapport aux autres constructeurs ?

J’ai beaucoup accroché sur le design des maisons booa, mais aussi sur leur démarche commerciale. Six mois avant de connaître booa, j’ai failli acheter une maison chez un constructeur allemand, soit disant « écolo ». Ça n’a pas abouti car il m’a un peu agacé. Il est venu ici en pensant signer tout de suite. Mais une maison ça ne s’achète pas comme ça. Il faut trouver un peu de confiance, sinon ça ne fonctionne pas. La première fois que j’ai rencontré le commercial de booa, il était rassurant et pas du tout casse-pied. Et tout au long du chantier, il est resté très à l’écoute et efficace. J’ai vu quatre ou cinq constructeurs avant booa. Mais booa était le seul à ne pas me donner cette impression de juste vouloir faire de l’argent sur mon dos.

La question du toit plat a quand même failli être un problème…

Oui, à Saint-Amarin, je n’avais pas le droit de construire une maison à toit plat. Il faut au moins deux pentes de 45 degrés sur les trois-quarts de la maison. Heureusement, un décret passé en juillet 2011 autorise le toit plat à condition qu’il soit végétalisé. J’ai opté pour cette solution, à la fois pour être conforme à la loi et pour rafraîchir la maison, car même avec une bonne isolation, le bois a tendance à garder la chaleur. Or, cet été, quand les températures sont montées jusqu’à 37 degrés, il ne faisait pas plus de 22 degrés à l’intérieur.

Vous avez conservé le bardage bois uniquement pour le garage, tout le reste de la façade est en crépi blanc. pourquoi ce choix ?

Au départ, je voulais garder l’aspect bois, mais après réflexion, je me suis dit que ça faisait peut-être beaucoup. Comme il y a un étage, faire tout en bois aurait paru trop volumineux. « Trop de bois tue le bois ». Et puis je suis situé entre une maison de maître et une maison de village traditionnelle, il fallait donc s’intégrer dans le paysage. C’était plus facile avec du crépi. C’est pour cette raison aussi que j’ai choisi un modèle à étage, sinon la maison aurait été écrasée par les constructions alentours.

Hormis ce critère, comment avez-vous choisi le modèle ?

Quand j’ai vu sur le catalogue le modèle woow4, je me suis tout de suite dit : « c’est celui-ci que je veux ». Après, je l’ai un peu personnalisé.

Même beaucoup…

C’est vrai qu’il ne reste plus grand-chose du plan d’origine. J’ai entièrement redessiné la maison pour l’adapter à ce que je voulais. J’ai rétréci la surface intérieure pour avoir une terrasse couverte. J’ai agrandi le garage : il rentre un peu dans la maison, à la place d’une chambre. Et j’ai élargi les portes du garage de 2 mètres 40 à 3 mètres, de façon à pouvoir sortir les motos sans bouger la voiture.

Le constructeur booa s’est-il facilement adapté avec votre cahier des charges ?

Oui, il y a eu un bon répondant de leur part. Après, je ne leur ai pas non plus demandé des choses impossibles. Mais j’ai été surpris par la rapidité avec laquelle ils ont mené le projet.

Vous ne pensiez pas avoir une maison si vite ?

Non, vraiment pas ! J’ai signé le 31 mai 2012, j’ai obtenu le permis de construire en juillet, le chantier a démarré en septembre et en mars j’étais dans la maison ! J’aurais pu y rentrer encore plus vite si j’avais tout fait faire par booa. Mais je me suis laissé les finitions : peinture, menuiseries intérieures, éléments sanitaires, pose de la cuisine, de l’escalier, etc. On n’arrivait pas à suivre les équipes de booa, tellement ça allait vite !

Aujourd’hui, quels éléments souhaiteriez-vous améliorer ou changer ?

Avec du recul, aujourd’hui, je mettrais des stores à lamelles aux fenêtres de la façade est. C’est la seule chose que je changerais, mais pour l’instant, cela peut rester tel quel. J’aurais pu aussi rajouter de la domotique. C’est un peu gadget, mais cela apporte un plus au niveau confort. Après, tout est une question de budget. Je ne voulais pas construire une maison en me disant : « j’attendrai deux ans pour réaliser la terrasse ». J’ai fait en fonction de mon budget, et malgré des petites modifications, booa n’a pas gonflé le budget. J’ai même réussi à le tenir quasiment au centime près.

Cela vous surprend-il ?

On trouve souvent des constructeurs qui essaient de réaliser une plus-value en dépassant le montant initial. Or, avec booa, je n’ai pas l’impression d’avoir rencontré un constructeur, c’était autre chose, je n’étais pas seulement un numéro ou un chiffre d’affaires. Par exemple, sur le contrat, ils avaient oublié de mettre un auvent, alors qu’on en avait discuté. Ils l’ont finalement rajouté sans le facturer en plus. Ils ont une parole et ils la tiennent. C’est quelque chose que j’apprécie énormément. Et puis j’ai bien sympathisé avec le commercial et le conducteur de travaux. Parfois, on s’appelle juste pour plaisanter ! Après, ce n’est pas possible avec tout le monde. Il y a des gens avec qui vous accrochez, d’autres pas…

Recommanderiez-vous booa à des personnes qui souhaiteraient construire ?

Oui, à 100%. Vous savez, un de mes amis d’enfance va construire une maison booa. Ce n’est pas par hasard… Et tous mes clients de la région ont vu la maison. Je n’en ai trouvé qu’un seul pour la détester, mais il en faut bien un…

Vous êtes même devenu un grand ambassadeur de booa sur facebook…

Quand j’ai un bon ressenti, je le dis. C’est vrai qu’à chaque fois que booa poste une photo, je commente avec spontanéité. Ça me donne presque l’impression de me transposer sur un autre chantier. Ce n’est pas pour faire de la pub pour booa, mais j’estime que quand ça va bien, on peut aussi le dire. Souvent, quand les clients font des commentaires, c’est parce qu’ils ne sont pas contents. En France, on est les champions des râleurs. Mais ça ne sert à rien de se morfondre et de parler toujours en négatif. Moi je suis content de dire que booa m’a apporté la construction que je voulais. J’aimerais l’afficher encore plus en mettant un autocollant booa sur ma voiture, mais ma moitié ne veut pas…

  • Ça vous a plu ?