Inspirez-vous

portfolio item

des bureaux en 5 mois

# booaexperience

Pascal, président de la société SOFT CARRIER à Colmar, est un passionné de nature et de jardinage. La connexion avec booa était donc toute trouvée. Mais, en 2011, c’était aussi un chef d’entreprise pressé de déménager en raison de la vente de ses anciens locaux dans la zone industrielle. Le challenge était de taille : construire en cinq mois de nouveaux bureaux pour cette entreprise de sept salariés, spécialisée dans la distribution d’accessoires informatiques et de matériel de papeterie. Challenge relevé par booa et gagné ! Retour sur une course contre la montre.

Crédit photos Nis & For pour booa

STORY#booaexperience

Quels étaient vos impératifs de construction pour ces nouveaux bureaux ?

Pascal : Nous étions surtout pressés par le temps. Car avant de s’installer ici, nous étions juste à côté. Mais le bâtiment était trop grand, j’ai donc cherché à le vendre et j’ai trouvé un acquéreur en 2011. Par conséquent, la question de notre déménagement s’est également vite posée. Nous avions déjà le terrain, restait à trouver le constructeur.

De combien de temps disposiez-vous pour construire ?

Pascal : Nous avions cinq mois. booa a accepté de relever le défi. Et Bertrand Burger, le président de l’entreprise a tenu sa parole : les délais ont été respectés, nous n’avons pas eu du tout de retard. Bien sûr, il y a eu quelques couacs sur le chantier, mais qui ont été résolus dans la foulée. C’était un ragréage qui ne tenait pas bien, et d’autres bricoles, mais on a vite trouvé des solutions. Cela n’a pas perturbé le déménagement. Pour la VMC et les télécoms, cela a été plus compliqué, mais nous avons tenu les délais.

Pensiez-vous qu’il était possible de réaliser cette construction en cinq mois ?

Pascal : J’avoue que j’avais des doutes. Au pire, j’avais la possibilité de cohabiter pendant trois mois avec mon acquéreur. Je m’étais gardé cette solution au cas où… Mais il était quand même préférable de finir les bureaux dans les temps, car deux sociétés qui cohabitent, ce n’est pas évident. Et puis je crois que c’était intéressant pour les équipes booa de montrer, à Colmar, ce dont elles étaient capables… Je pense que, pour elles aussi, c’était un record au niveau des délais.

Comment se sont déroulées les différentes étapes de cette construction record ?

Pascal : Nous avons signé fin juillet 2011, nous avons déposé le permis de construire le 29 août, nous l’avons obtenu le 14 octobre et le lendemain, booa démarrait les travaux. Un mois après, la structure était posée, il nous a fallu un mois pour les finitions et la partie intérieure, et nous avons déménagé entre Noël et Nouvel An. Si nous étions passés par le réseau classique et les constructions traditionnelles, cela aurait mis au minimum neuf mois. C’est quand même extraordinaire, surtout la pose de la structure en une seule journée. Ça fait bizarre : le matin vous arrivez il y a une dalle, et le soir, il y a une construction avec des fenêtres, un toit, une porte…

Aviez-vous consulté d’autres constructeurs pour votre projet ?

Pascal : J’avais seulement regardé les modules Algeco en dur. Ensuite je suis venu chez booa sur les conseils d’un agent immobilier. Je n’avais jamais vu leurs maisons en bois, je connaissais seulement leurs enseignes Mister Bois. Mais quand j’ai visité la maison témoin à Lièpvre, c’était un peu le coup de foudre ! Le côté bois et design m’a tout de suite plu.

Comment se sont déroulés les travaux ?

Pascal : Très bien, à part quelques imprévus, mais qui ont vite été résolus ! Nous étions juste à côté, donc c’était facile de surveiller le chantier. Je n’ai rien à redire alors que je suis quelqu’un d’exigeant qui aime les choses bien faites. Nous avons aussi eu de la chance au niveau de la météo. On aurait pu avoir de la neige pendant un mois et tout le chantier aurait été bloqué. Mais là non : tout était programmé pour qu’on termine au plus vite !

Comment avez-vous choisi le modèle booa le plus adapté à vos besoins ?

Pascal : Nous avons travaillé sur les plans au départ, en respectant les normes pour les personnes à mobilité réduite. Mais c’est un bureau ouvert, nous travaillons en open space, donc c’était plus facile que si nous devions cloisonner bureau par bureau. Nous n’avions pas beaucoup de contraintes car nous sommes un bureau commercial. La seule particularité à prendre en compte était le câblage informatique, mais l’électricien a bien géré cela. Et puis, si la société grandit, nous avons la possibilité de faire un étage. Cet aspect aussi, a joué en faveur de booa. On peut moduler facilement.

Si vous deviez construire d’autres bureaux aujourd’hui, auriez-vous la même démarche ?

Pascal : Si on avait plus de temps, on approfondirait certains détails. On mettrait peut-être du chauffage au sol. Mais sinon, on reconstruirait à l’identique avec booa. Je ne vois pas beaucoup d’éléments à améliorer. C’est un bâtiment pratique. Avec les grandes baies vitrées, on profite de l’extérieur tout en travaillant à nos postes. Ça n’a rien à voir avec les bureaux parisiens où l’on doit allumer la lumière du matin au soir. On a une qualité de vie agréable, tout en travaillant.

Que disent vos salariés et vos fournisseurs de ces nouveaux locaux ?

Pascal : Les salariés sont contents : ils apprécient la clarté et les qualités acoustiques de ce bâtiment. Il est très bien insonorisé. Et puis nous avons investi dans des bureaux ergonomiques pour améliorer leur confort. Du côté de nos fournisseurs, quand certains d’entre eux nous appellent, ils nous disent : « On sait que vous avez de beaux bureaux à Colmar. On peut venir ? »

Et vos voisins de la zone industrielle, quels ont été leurs commentaires ?

Pascal : Je ne sais pas, je n’ai pas beaucoup de relations avec les entreprises voisines. Mais j’ai vu beaucoup de voitures passer et s’arrêter devant notre bâtiment. Et puis il y a 14 bureaux booa en cours de construction juste en face de chez nous, donc j’imagine que ça plaît !

Vos locaux sont devenus célèbres dans la profession ?

Pascal : Vous savez, nous sommes une petite profession. Il suffit qu’une personne en parle un jour et ça fait vite le tour !

  • Ça vous a plu ?