# booaexperience

Faute de trouver un terrain abordable et bien situé, Valérie et Franck ont failli abandonner le projet de construire avec booa. Puis, à la dernière minute, avant de signer pour une maison traditionnelle, Franck a trouvé le terrain que lui et valérie cherchaient depuis un an. Onze mois plus tard, en février dernier, ils emménagent enfin dans la maison de leur rêve, nichée dans une vallée alsacienne, en lisière de forêt, et proche d’un centre urbain. Une aubaine pour ces quarantenaires passionnés de nature et de sports de montagne, qui pratiquent le VTT, la marche à pied, le vélo et le ski.

Crédit photos Nis & For pour booa

STORY#booaexperience

Depuis quand êtes-vous installés dans votre nouvelle maison et comment vous y sentez-vous ?

Valérie : Nous sommes entrés dans notre maison le 1er février dernier et nous nous y sentons très bien. Nous sommes très contents que ce projet ait pu aboutir, car il a failli avorter…

Vous avez eu des difficultés à trouver un terrain, c’est bien ça ?

Valérie : Oui, nous connaissions booa depuis un moment déjà et nous étions intéressés, mais on ne parvenait pas à régler ce problème de terrain et de budget. Ni Valérie, ni moi n’avions un terrain et ceux qu’on voyait étaient trop grands, trop chers ou mal placés. Donc, on avait fini par se tourner vers une maison ancienne à rénover dans un lotissement. Et puis, une dernière fois avant de signer le compromis de vente, je suis allé sur internet pour chercher un terrain, et là, j’ai trouvé par le biais d’une agence immobilière. Le terrain nous convenait bien par sa taille et sa situation : il était situé en limite de forêt et à cinq minutes à pied du centre-ville.

Depuis quand connaissiez-vous booa ?

Valérie : On connaissait booa depuis 2012. Des amis à nous avaient découvert ce constructeur lors d’un salon de l’habitat et nous en avaient parlé. Avec eux, on avait été voir une maison booa qui s’était construite dans les Vosges. Ensuite, avec Valérie, nous sommes allés voir la maison témoin à Lièpvre, et là nous avons vraiment eu le coup de cœur.

Qu’est-ce qui vous a plu dans le concept booa ?

Valérie : On a été sensible à la conception et à la rapidité d’exécution. Et on aimait bien le concept de maison en bois, même si à l’intérieur, cela reste des murs traditionnels en placo. Et puis on a eu un bon contact avec le commercial, Alain Holl. Nos échanges étaient sains, il ne nous a pas précipités. Et avec booa, on disposait du contrat de construction de maison individuelle (CCMI), une assurance que tous les constructeurs ne proposent pas.

Pourquoi la rapidité d’exécution était-elle importante à vos yeux ?

Valérie : C’était important car, pour acheter le terrain et la maison, nous avions vendu notre appartement. Nous avons dû vivre en location en attendant, donc plus les travaux étaient rapides, plus ça nous arrangeait au niveau des finances.

Avez-vous eu des doutes sur le respect des délais ?

Valérie : Booa nous avait promis que les délais seraient tenus. On suivait le chantier régulièrement et on constatait que les délais étaient respectés. Même lorsqu’il y a eu des petits couacs, les équipes de booa étaient là pour gérer. On était en contact le chef de chantier, Bertrand Pfaff, et on venait regarder de temps en temps. Tous les artisans étaient compétents, que ce soient les maçons, les poseurs, les plaquistes, les spécialistes des sanitaires… Nous n’avons rien à leur reprocher.

Quels ont été les couacs dont vous parliez ?

Valérie : Il s’agissait plus de réglages que de couacs. C’était des éléments qu’on n’avait pas imaginé sur un plan : une porte à ouvrir sur l’extérieur plutôt que sur l’intérieur par exemple. Comme nous vivions à côté et que nous étions présents pour suivre l’avancement des travaux, nous avons pu mettre le doigt sur ces réglages. C’était des petites choses facilement modifiables et modulables, mais je ne sais pas si nous aurions pu le faire avec un autre constructeur.

Comment avez-vous choisi le modèle ?

Valérie : Notre terrain était un peu étroit, donc nous avons dû adapter le modèle au terrain en le rallongeant. Booa nous a fait une offre, on a défini ensemble le style et la situation sur le terrain, et puis ça s’est fait vite : en 4-5 jours, nous avions le plan. Le bureau d’études est très réactif. Après, nous avons modifié 2-3 choses : nous avons mis des fenêtres supplémentaires, déplacé des toilettes, ajouté un dressing à côté de la chambre, changé de place l’accès au sous-sol de la maison…

Maintenant que vous êtes bien installés, quels sont selon vous, les points forts et les points faibles de votre maison ?

Valérie : Dans les points forts, je dirais le confort, la terrasse en bois, la luminosité. Le fait d’avoir orienté les façades au sud amène beaucoup de clarté. Nous sommes entourés d’arbres et de forêts, mais grâce à ces grandes baies vitrées, nous avons de la lumière. L’autre atout c’est l’isolation phonique et thermique : nous n’avons pas eu froid cet hiver. Parmi les points à améliorer, on aimerait ajouter des volets roulants partout, on en a mis seulement sur les grandes fenêtres, mais cela serait plus pratique sur les autres aussi. Et sur le seuil des fenêtres, nous avons une tablette métallique qui fait du bruit quand il pleut. Mais à part ça, on ne changerait rien.

Pourriez-vous résumer en un mot votre expérience booa ?

Valérie : En un mot, ce serait la sérénité. Moi qui stressait un peu car c’était l’inconnu, finalement, tout s’est bien passé. A ceux qui aiment ce style de maison et qui souhaitent construire, on conseille booa sans hésitation.

Comment votre voisinage a-t-il réagi à cette construction ?

Valérie : Tous les voisins ont adhéré au concept. Comme nous sommes entourés d’arbres et de verdure, le bardage en bois s’intègre bien dans le paysage. On avait un peu peur des réactions concernant le toit plat car ce n’est pas encore très répandu dans la région, mais nous n’avons pas eu de réflexions. Les voisins ont surtout été surpris par la rapidité et la dextérité avec lesquelles l’équipe booa a posé la maison. Elle a été posée en six heures ! Là, c’était l’attraction du quartier. Ensuite, beaucoup de passants s’arrêtaient une fois que la maison était posée. Certains notaient même les coordonnées de booa qui figuraient sur le panneau du permis de construire.

  • Ça vous a plu ?